Chartreuse verte - Divine Box

Vous connaissez sûrement la chartreuse verte. Elle est aujourd’hui la principale source de revenu du monastère de la Grande Chartreuse. Pour pouvoir réaliser cette mythique boisson aux 130 plantes, 24 tonnes de plantes naturelles sont ainsi acheminées chaque année au monastère

Mais saviez-vous qu’on ne connaît toujours pas l’auteur ni l’origine de la formule de la chartreuse verte ? Que sa recette reste top secrète, y compris pour certains frères chartreux du monastère ?

On vous propose d’en apprendre plus sur l’histoire de la chartreuse verte en 7 anecdotes sympas ! De quoi davantage en profiter lors de sa dégustation !

J’achète la chartreuse verte

La chartreuse verte est réalisée depuis 1764 par les moines du monastère de la Grande Chartreuse, près de Grenoble

C’est au monastère de la Grande Chartreuse, près de Grenoble, que la chartreuse verte est réalisée depuis 1764 par les moines – Divine Box

1/ L’origine de la formule de la chartreuse verte reste toujours inconnue

Les origines de la chartreuse verte remontent à 1605. Au-delà, nous n’avons aucune mention de sa formule (du moins à ce jour). C’est en effet en 1605 que les moines chartreux du monastère de Paris, rue d’Enfer, reçoivent un mystérieux manuscrit.

C’est le Maréchal François Annibal d’Estrées qui le leur remet en mains propres. Les moines sont intrigués, car cet homme est bien connu : en plus d’être l’un des bienfaiteurs de l’ordre, il est le frère aîné de Gabrielle d’Estrées, l’une des maîtresses bien connue du roi Henri IV.

Il est également l’évêque-comte de Noyon, ce qui ne l’empêche pas d’être dépeint comme «  un homme dissolu et sans scrupule » par Gédéon Tallemant des Réaux, un poète et biographe de l’époque. Bref, ce donateur n’est pas n’importe qui !

Que contient l’énigmatique document ? Qui en est l’auteur ? De qui le maréchal tient-il ce recueil ? Où l’a-t-il trouvé ? Pourquoi le confie-t-il aux frères chartreux ? Pour l’heure, les moines n’ont aucune réponse. Et aujourd’hui encore, bien des secrets demeurent… On sait simplement que le document contient une formule, celle d’un tonique à base de plantes médicinales.

C’est à partir d’elle que les chartreux réaliseront leurs fameuses liqueurs et élixir, dont la chartreuse verte. Quand à l’origine du recueil, Michel Steinmetz, auteur de Chartreuse, une histoire de liqueur, estime que le Maréchal l’a peut-être rapporté d’un de ses voyages à Constantinople. Mais ce n’est qu’une hypothèse !

C’est le Maréchal d’Estrées (ci-dessus) qui donna en 1605 aux chartreux la formule à l’origine de la chartreuse verte

C’est le Maréchal d’Estrées (ci-dessus) qui donna en 1605 aux chartreux la formule à l’origine de la chartreuse verte – Divine Box

2/ La chartreuse verte a failli ne jamais exister

À partir de 1605, les frères chartreux de Paris vont tenter de mettre au point la formule présente sur le manuscrit qu’ils ont reçu des mains du Maréchal d’Estrées. Mais elle s’avère très complexe, et presque indéchiffrable.

Après plusieurs tentatives, qui se transformeront en plusieurs années d’essais sans succès, les moines rangent donc la recette dans un coin. Et les années, puis les décennies passent. La chartreuse verte ne verra-t-elle donc jamais le jour ?

Un siècle plus tard, les moines du monastère de la Grande Chartreuse, près de Grenoble, demandent à leurs frères de Paris le précieux recueil afin de pouvoir à leur tour se pencher dessus. Le frère Jérôme Maubec, le moine apothicaire de la Grande Chartreuse, en est particulièrement curieux. Il consacre alors de nombreuses heures, qui deviendront rapidement de nombreux mois, à tenter de percer les mystères de la formule.

Avec l’aide de quelques frères, il parvient à décrypter la formule et à lui fixer une forme convenable et définitive en 1737, en ajoutant à la recette plusieurs phases de macération et de distillation. Il baptise alors son nouveau distillat : « élixir de longue vie. » C’est encore cette recette que les moines se sont transmis jusqu’à aujourd’hui pour fabriquer l’élixir de la Grande Chartreuse !

Face au succès immédiat de leur élixir, les chartreux développent dès 1764 un digestif en se basant sur la même formule du manuscrit. Ils l’appellent alors « liqueur de santé ». De couleur verte, il est alors (et encore aujourd’hui) le seul digestif de couleur verte sans colorant ! Lorsque les chartreux développeront en 1836 une nouvelle liqueur de couleur jaune, les appellations « chartreuse verte » et « chartreuse jaune » feront alors leur apparition pour les différencier.

Ce n’est qu’en 1737 que frère Jérôme Maubec, l’apothicaire du monastère, parvient à percer tous les secrets du manuscrit de 1605

Ce n’est qu’en 1737 que frère Jérôme Maubec, l’apothicaire du monastère, parvient à percer tous les secrets du manuscrit de 1605 – Crédit Photo : Infotourisme

3/ Avant la chartreuse verte, les chartreux n’étaient pas distillateurs (loin de là)

Mais que faisaient donc les frères chartreux avant de produire leur chartreuse verte, désormais célèbre dans le monde entier ? Comment gagnaient-ils leur vie ?

Dom Benoît, qui est actuellement l’un des deux frères chartreux à connaître la recette de la chartreuse verte et à en être responsable, résume ainsi la situation de son ordre : « Nous avons d’abord été bergers, puis nous avons fabriqué des mâts pour les navires grâce aux sapins des forêts, nous avons écrit des manuscrits, nous avons été forgerons… Désormais, nous sommes liquoristes ! »

Qui a dit que les moines faisaient toujours la même chose ? En tous cas les chartreux ne distillent que depuis le 18e siècle !

Avant de produire la chartreuse verte, les chartreux gardaient des troupeaux de moutons dans les Alpes, comme de nombreux moines à l’époque

Avant de produire la chartreuse verte, les chartreux gardaient des troupeaux de moutons dans les Alpes, comme de nombreux moines à l’époque – Crédit photo : Thomas Aquinas College

4/ La chartreuse verte a failli disparaître plusieurs fois

1. À la Révolution

La chartreuse verte a failli disparaître une première fois, à la Révolution. À l’époque en 1737, le manuscrit donné par le Maréchal d’Estrées est donc entre les mains de l’apothicaire de la Grande Chartreuse de Grenoble. Mais à la Révolution, les moines sont chassés du monastère et se dispersent. Seul un chartreux est autorisé à rester au sein du monastère.

Ne sachant où aller et ce qu’ils vont devenir, les frères décident donc prudemment de créer une copie du manuscrit de la recette, et de la laisser cachée quelque part au monastère. Tout en fuyant les révolutionnaires, l’un des moines conserve alors en permanence sur lui l’original. Le manuscrit (et donc la chartreuse verte) finiront-ils donc perdus dans la nature ? Suspense…

2. Dans une prison de Bordeaux

Malheureusement, le moine en fuite finit par être arrêté avec sa recette. Il est alors emprisonné à la prison de Bordeaux. La recette finira-t-elle donc moisie dans un cachot… ?
Bien heureusement, le moine emprisonné réussit à faire extraire le précieux document de sa geôle, grâce à l’aide de dom Basile Nantas, un ami de la communauté et des gardiens… Ouf !

3. À cause de la négligence d’un pharmacien

Dom Basile Nantas (l’ami moine dont on vient de parler) tente alors de percer les mystères de la recette qu’il a entre les mains. Mais elle s’avère tout aussi indéchiffrable qu’elle l’était pour les premiers chartreux ! Ne pouvant exploiter lui-même la formule, le moine la cède à un pharmacien de Grenoble, Monsieur Liotard.

L’ordre chartreux étant complètement dispersé depuis la Révolution, et persuadé qu’il ne pourra jamais se rétablir, le religieux pense ainsi pouvoir donner à la recette un meilleur avenir…

Mais Monsieur Liotard n’arrive pas non plus à l’exploiter. Il finit donc pas la mettre de côté. La recette finira-t-elle donc par être oubliée dans un tiroir ?

4. Dans les mains de Napoléon

Nous sommes alors en 1810. Une nouvelle frayeur attend la chartreuse verte : l’Empereur Napoléon Ier lui-même décide que tous les « remèdes secrets » soient soumis au ministre de l’Intérieur. L’objectif ? Qu’ils soient examinés et exploités par l’État lui-même.

Monsieur Liotard envoie donc le manuscrit au ministère. C’est la première fois (et la seule !) dans son histoire où il est examiné par des institutions pour être révélé au grand jour… ou disparaître à jamais !

Mais bien vite, l’État retourne à Monsieur Liotard son manuscrit, avec la mention « Refusé » ! Motif : la formule de la liqueur est un produit déjà vieux et bien connu de la population française. En conséquence, il ne peut donc pas être considéré comme « secret ». Ouf on est sauvé : la recette ne sera pas révélée au tout venant !

5. Par les forces de la nature

À la mort de Monsieur Liotard, le manuscrit revient selon son souhait aux moines de la Grande Chartreuse. Depuis 1816 et la Restauration, les frères ont en effet pu regagner leur monastère. Ils reprennent alors la production de leurs précieuses liqueurs.

Le succès et la prospérité reviennent petit à petit. En 1848, un groupe de soldats, alors de passage dans la région, apprécie beaucoup l’alcool des Pères Chartreux… En continuant leur périple à travers la France, les troupes parlent alors de leur découverte, si bien que les frères voient les commandes se multiplier !

Devenue trop petite pour soutenir la production, la pharmacie du monastère est alors abandonnée. Une grange du monastère, située non loin à Fourvoirie, est donc aménagée.

Mais patatra, le 15 novembre 1935, un glissement de terrain détruit toute la distillerie, ses instruments, ses outils et sa production… Les frères sont donc obligés de déménager à nouveau leur production, et ils s’installent cette fois… à Voiron ! La chartreuse verte (et toutes les autres liqueurs) ont bien failli finir englouties…

6. Et aujourd’hui ? Les aventures continuent !

En 2014, les chartreux ont dû à nouveau déménager leur production de chartreuse verte, pour respecter les nouvelles règlementations en cas de séisme ! Les frères en ont donc profité pour rapprocher leur activité du monastère ! Ils se sont installés donc au hameau d’Aiguenoire, à 12 kilomètres de chez eux.

Un lieu qui ne doit rien au hasard, puisqu’ils ont acheté cette parcelle… le 30 août 1618 ! Mais ils en avaient été chassés après la Révolution française ! Inauguré le 30 août 2018, soit 400 tout pile après l’achat du terrain, ce nouvel atelier de production est donc aussi un retour au sources !

Bref, les risques d’écroulement des montagnes grenobloises ne donnent pas la vie facile à la chartreuse verte !

Ci-dessus, une salle de distillation de la chartreuse verte, dans l’ancienne distillerie de Fourvoirie

Ci-dessus, une salle de distillation de la chartreuse verte, dans l’ancienne distillerie de Fourvoirie – © Zeppelin – Tous droits réservés

5/ La chartreuse verte est unique au monde

La chartreuse verte est unique au monde pour 3 raisons : ses plantes, sa coloration, et sa recette !

1. Son nombre de plantes

Au total, 130 plantes médicinales entrent dans la composition de la chartreuse verte. Et c’est ainsi depuis sa formule sur le manuscrit de 1605 ! À l’époque, ces 130 plantes regroupent quasiment la totalité des espèces de plantes médicinales connues. D’ailleurs, un tiers d’entre elles sont récupérées directement dans la région, autour du monastère de la Grande Chartreuse. Bref, déjà à l’époque, la chartreuse verte était un concentré de ce que l’on pouvait faire de mieux !

2. Sa coloration verte naturelle

Les chartreux sont les seuls liquoristes du monde à savoir distiller une liqueur qui soit naturellement verte. Eh oui, encore aujourd’hui, on ne sait toujours pas réaliser de liqueurs vertes sans colorants. Sauf les moines des monastère de la Grande Chartreuse, qui le font depuis… 300 ans ! D’ailleurs, le « vert chartreuse », c’est aussi le nom officiel de sa couleur ! La classe, non ?

3. Sa recette top secrète

La troisième raison pour laquelle la chartreuse verte est unique au monde, c’est tout simplement parce qu’elle est inimitable. Et pourquoi ? Parce que sa recette est encore aujourd’hui inconnue et mystérieuse pour le grand public. Ils ne sont en effet que deux frères chartreux à connaître en détail tous ses secrets.

Voici tout de même pour vous (et en exclusivité s’il vous plaît) ce que l’on sait des étapes de fabrication de la chartreuse verte :

  • Les plantes sont d’abord séchées, triées, broyées, puis stockées dans la « salle des plantes », l’ancienne boulangerie du monastère, dans des grands coffres numérotés.
  • Elles sont ensuite pesées et mélangées selon les indications de la recette de 1605, et expédiées à la distillerie du Voiron.
    Les plantes sont ensuite mélangées dans un alcool de raisin à 90°, du miel et du sucre.
  • Puis elles sont distillées, sans additif ni colorant artificiel bien sûr.

Et pour en apprendre sur comment les chartreux parviennent à garder secrète la formule des liqueurs de la Grande Chartreuse, hop c’est par ici.

Ci-dessus, dom Benoît, une des deux seules personnes au monde à connaitre la recette de la chartreuse verte – Crédit Photo : Le Pèlerin

6/ La chartreuse verte est issue d’un savoir-faire inimitable

Chez la chartreuse verte, tout est secret : sa recette l’est depuis ses débuts (1764), on vient d’en parler. Ils ne sont aussi que deux frères du monastère, frère Jean-Jacques et dom Benoît, à en connaître le contenu. Et pour garder précieusement ce secret, le manuscrit de 1605 est enfermé à double tour dans un coffre, et seul le supérieur en a la clef… et sait où il est caché ! Même les 70 salariés qui aident les moines à la production de la chartreuse verte n’en connaissent pas les ingrédients !

Mais le plus incroyable, c’est que même si un petit malin arrivait à découvrir la recette (comment le pourrait-il ?), la chartreuse verte resterait tout de même inimitable grâce à 4 facteurs :

Des dosages millimétrés

Frère Jean-Jacques et dom Benoît sont les seuls à connaître les doses de plantes à utiliser. Et ils les font comme autrefois, à la pincée et à la poignée. Bref, un savoir-faire compliqué qui demande de la minutie. Alors les moines connaissent les doses… sur le bout des doigts !

Un temps de distillation irremplaçable

Côté distillation, rebelote : puisque dom Benoît et frère Jean-Jacques sont les seuls à connaître la recette, eux seuls peuvent contrôler les distillats de chartreuse verte pour voir si tout s’est bien passé : son aspect, sa texture, sa couleur… Le secret réside dans une durée de distillation optimale et est, elle aussi, millimétrée !

Un temps de vieillissement essentiel

Après la distillation, vient le temps du vieillissement. Pour combien de temps ? Demandez donc aux moines, car ici non plus personne ne le sait ! Quoiqu’il en soit, les distillats de chartreuse verte dorment dans la plus grande cave à liqueur du monde (164 mètres de long !) pendant… longtemps !

Cette étape est essentielle, car c’est elle qui fixe pour la chartreuse verte son goût et son aspect définitifs, ceux que nous connaissons bien depuis 300 ans maintenant : un faux pas et tout est raté, il faut tout recommencer !

Un palais exceptionnel

À la fin du processus, c’est tout simplement le goût et le palais des moines, affinés par des années d’expérience, qui jugent si la chartreuse verte ainsi obtenue est digne d’être finalement embouteillée et commercialisée. Sans l’expérience et l’habitude uniques des frères, impossible de copier ce savoir-faire !

Bref, pour résumer : la chartreuse verte est inimitable parce qu’elle est distillée et contrôlé par les moines eux-mêmes ! Les 70 salariés ne sont que les petites mains bien pratiques qui les aident : mais ils ne savent rien et ne contrôlent rien de la recette !

C’est dom Benoît qui contrôle la distillation de la chartreuse verte avant sa mise en fût

C’est dom Benoît qui contrôle la distillation de la chartreuse verte avant sa mise en fût – © Zeppelin – tous droits réservés

7/ Pour produire la chartreuse verte et garder un rythme de prière intense, les moines ont mis en place toute une organisation

Comment concilier vie contemplative et production mondiale de chartreuse verte ? Pour respecter leur vie de prière et leur voeu de silence, les frères chartreux ont notamment mis en place les 4 astuces suivantes :

  • Les alambics de chartreuse verte sont contrôlés informatiquement depuis les cellules des moines, l’église, les chapelles, le cloître, et même le réfectoire !
  • Une cellule monastique a été spécialement aménagée dans la distillerie, pour pouvoir permettre aux moines de prier et lire à deux pas des alambics !
  • Les moines ne se rendent qu’une ou deux fois par semaine à la distillerie. Cela permet de limiter au strict minimum les sollicitations des employés, et donc de favoriser un climat de silence pour les moines.
  • Frère Jean-Jacques et père Benoît se parlent uniquement en se laissant des messages dans leur boîte vocale respective. En effet, par souci pour leurs voeux de silence, quand l’un des deux frères appelle l’autre au téléphone, ce dernier ne répond pas. Mais il écoute plus tard le message qu’on lui a laissé sur sa boîte vocale. Et pour répondre ? Il fait de même en laissant un message sur le répondeur du frère ! Ah ces moines ils ne manquent pas d’ingéniosité non ?
Pour ne pas délaisser leur vie contemplative, les frères chartreux ont installé une réplique de leur cellule dans la distillerie

Pour ne pas délaisser leur vie contemplative, les frères chartreux ont installé une réplique de leur cellule dans la distillerie – © Zeppelin – Tous droits réservés

Où acheter la chartreuse verte ?

Attention, la chartreuse verte est un produit unique au monde très prisé, il en existe donc beaucoup de contre-façons ! Pour trouver la chartreuse verte à prix raisonnable, voici nos recommandations :

Les lieux où trouver de la Chartreuse Verte

  • Directement sur place à la Grande Chartreuse : 10 Bd Edgar-Kofler – 38500 VOIRON
  • Sur internet, par exemple sur www.divinebox.fr pour un achat de vente en ligne
  • Dans des boutiques de produits monastiques (Paris, Bordeaux, Lille, Rennes, Nantes, Lyon, Toulouse, Marseille)

Les garanties Divine Box

En commandant chez Divine Box aujourd'hui, vous bénéficiez des avantages suivants :

  • Expédition rapide : préparation de votre commande en 24h-48h maximum, et expédition dans la foulée !
  • Livraison offerte : dès 90€ de produits monastiques commandés, on vous offre la livaison. Plutôt sympa, non ?
  • Paiement sécurisé : tout est crypté de bout en bout, et personne n’a accès à vos coordonnées bancaires.
  • Service client : papotons quand vous voulez par mail à onvousecoute@divinebox.fr, ou au 07 52 62 11 46 !

Par ailleurs, nous nous fournissons auprès des abbayes :

  • En direct : nous sommes en lien direct avec les abbayes, et allons régulièrement sur place.
  • Au prix juste : les abbayes fixent elles-mêmes leur prix de vente, sans négociation de notre part.

Alors, on se lance ? 😇

Chartreuse Verte - Monastère de la Grande Chartreuse - Divine Box
63 avis

Chartreuse Verte – Monastère de la Grande Chartreuse

16,9045,90

La Chartreuse Verte est sans doute le produit le plus mythique du monastère de la Grande Chartreuse. Sa recette actuelle date en effet de 1764, mais celle-ci découle d’un vieux parchemin de… 1605 ! Aujourd’hui, deux moines (seulement !) du monastère de la Grande Chartreuse maîtrisent le secret de la distillation et de la composition de la Chartreuse Verte. Pour la fabriquer, on fait macérer 130 plantes dans un alcool de raisin, puis on distille le tout. Résultat ? Un petit bijou 100% naturel, même jusque dans sa couleur verte, qui découle de la chlorophylle contenue dans les plantes ! Après son vieillissement en fûts de chêne, la Chartreuse Verte titre à 55% et développe des notes de menthe, de poivre, d’anis, de citron et de gingembre. Rajoutez-y quelques glaçons, invitez des amis et en avant ! 😇

16,9045,90
Effacer

En stock

 

Sur le même sujet :

4.7/5 - (35 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires