Manoir Martigné-Briand - Divine Box

Le monastère Notre-Dame de Compassion de Martigné-Briand fondé en 1961 est un monastère bénédictin français situé à Martigné-Briand près d’Angers. En effet, à leur arrivée, la communauté de soeurs s’installe au château de « la Barre » en 1961.

Aujourd’hui 12 moniales bénédictines suivent la règle de saint Benoît, « ora et labora » (prière et travail). Par ailleurs, les soeurs travaillent de leurs mains et réalisent entre autre d’incroyables confitures et chutneys à partir des fruits de leur fabuleux verger !

On vous raconte tout sur leur histoire et leurs produits ! C’est parti !

J’achète les produits du monastère de Martigné-Briand

Monastère de Martigné-Briand - Divine Box

Le monastère de Martigné-Briand, dont la communauté date de 1961, est situé à Martigné-Briand près d’Angers – © Divine Box

Naissance d’une congrégation 🙏

L’origine de la communauté de Martigné- Briand est plutôt étonnante ! Tout d’abord, l’histoire démarre en 1911 avec Marguerite Delmas : à 41 ans, cette femme est laïque, protestante, et veuve avec cinq jeunes enfants à charge. Ça commence bien ! Et pourtant, la voilà qui, petit à petit, désire consacrer toute sa vie à Dieu.

Elle prend alors le nom de sœur Bénédicte, et avec l’aide d’un prêtre, fonde la congrégation des Bénédictines de Sainte- Bathilde, installée au départ à Vanves (d’où leur nom de « bénédictines de Vanves », plus couramment utilisé). Chapeau, Madame !

Marguerite Delmas - Divine Box

Marguerite Delmas (fondatrice de la congrégation des Bénédictines de Sainte-Bathilde) avec ses quatre premiers enfants ! – © Bénédictines de Sainte-Bathilde

Un rayonnement rapide ☀️

Par la suite, cette nouvelle congrégation (comprenez une « branche » de la famille bénédictine) se développe très vite ! A tel point que les soeurs se retrouvent déjà à fonder de nouveaux monastères : à Madagascar en 1934, puis au Vietnam en 1954, puis de nouveau à Madagascar en 1955 !

De plus, un peu plus tard en 1956, voilà encore quelques soeurs qui partent à Chemillé, en Anjou, pour donner un coup de main aux soeurs de Fontevraud installées sur place. Nous y sommes enfin ! L’histoire du monastère Martigné-Briand va bientôt commencer…

Du manoir au monastère 🏰

Sur place à Chemillé, la fusion des deux communauté (bénédictine et fontévriste) se passe comme sur des roulettes, mais les lieux sont vétustes et les réparations lourdes à assumer… Et hop, les voilà donc qui déménagent en août 1961 à… Martigné- Briand !

Sur place, elles s’installent dans un ancien manoir avec des dépendances, mais qui a besoin d’un sacré coup de pinceau. Après finalement 12 ans de travaux, le cloître est terminé, le manoir s’est transformé en hôtellerie, et la grange en église ! Pfiou, ça y est, nous sommes enfin au monastère de Martigné-Briand !

L'ancienne grange transformée en église - Monastère de Martigné-Briand - Divine Box

L’ancienne grange de Martigné-Briand transformée en église – © Subiaco

Et aujourd’hui ? 👥

Aujourd’hui, le monastère de Martigné-Briand compte douze soeurs bénédictines, qui vivent toujours selon la règle de saint Benoît, dont les deux piliers principaux sont la prière et le travail.

Leurs journées sont ainsi rythmées par la messe et six offices, le premier étant celui des vigiles, à 5h25 ! Côté travail, en plus de leur artisanat (on vous en parle juste après !), les soeurs ont à coeur d’honorer l’« hospitalité bénédictine ». Ainsi, que ce soit des pèlerins, visiteurs, ou encore camps de jeunes : elles accueillent bien largement !

Office à Martigné-Briand - Divine Box

La journée des moniales de Martigné-Briand est rythmée par six offices – © Divine Box

Le savoir-faire des soeurs 🥣

En premier lieu, pour vivre du travail de leurs mains, les soeurs du monastère de Martigné-Briand bossent dur dans leur « atelier Saint-André » ! En effet, elles y confectionnent à la main des icônes (collées sur du bois, puis patinées à la cire), de la poterie, et enfin des confitures & chutneys !

De plus, cette dernière activité représente 10000 pots par an, ce qui est très peu… En somme, on y apprécie justement ce côté artisanal, avec la cuisson à l’ancienne (au chaudron en cuivre, et avec un vrai temps de cuisson), et les nombreuses variétés : il y en a plus de 70 !

Atelier Martigné-Briand - Divine Box

Les bénédictines préparent une multitude de confits dans leur atelier – © Hans Lucas

Le jardin 🌷

En ce qui concerne les confitures du réfectoire et magasin de Martigné-Briand, elles sont alimentées quasi-exclusivement avec les fruits du jardin ! Autant vous dire que les soeurs bichonnent leurs plantations…

Dans plus de 2000 mètres carrés, on y trouve ainsi un verger (75 pommiers, 50 poiriers, des cerisiers, fraisiers etc…), un potager (avec une foultitude d’oignons, carottes, potirons, choux etc…) et un bois. Enfin, le tout sous l’oeil attentif des poules et des ânes des soeurs, qui montent la garde et veille au monastère de Martigné-Briand !

Verger du monastère de Martigné-Briand - Divine Box

Le verger du monastère de Martigné-Briand regorge d’arbre fruitiers – © Divine Box

Respecter la nature 🌱

Par ailleurs, depuis plusieurs années, les soeurs du monastère de Martigné-Briand se perfectionnent dans la permaculture, qui consiste à reproduire dans son jardin/potager l’organisation de la nature à l’état sauvage. Par exemple, concrètement elles n’utilisent bien sûr pas d’engrais ou de pesticides artificiels, et mettent en place des techniques naturelles, comme par exemple faire pousser côte à côte des plantes qui s’entraident (grâce à l’ombre, à l’effet sur les insectes, etc..).

C’est du boulot, mais c’est une manière pour les soeurs de prendre soin de la Création !

Potager Martigné-Briand - Divine Box

Les bénédictines de Martigné-Briand ont choisi la permaculture pour leur potager, évitant ainsi d’utiliser des pesticides ! – © Subiaco

Le dialogue interreligieux 🤝

A Martigné-Briand, les soeurs ont aussi à coeur de s’ouvrir aux autres religions. Elles sont ainsi membres de l’organisation internationale du « Dialogue Interreligieux Monastique », qui promeut la vie monastique comme pont entre les religions.

Cela a par exemple permis à deux soeurs japonaises bouddhistes de venir à Martigné-Briand partager la vie monastique des soeurs pendant plusieurs mois. Original, non ?

Boutique Martigné-Briand - Divine Box

Les bénédictines de Martigné-Briand fabriquent une multitude de confitures et chutneys – © Hans Lucas

Découvrez les confitures du monastère de Martigné-Briand

Les bénédictines du monastère Notre-dame de Compassion de Martigné-Briand fabriquent elle-même une multitude de confitures et chutneys dans leurs chaudrons en cuivre.

Cliquez ici pour découvrir sur notre boutique les produits du monastère de Martigné-Briand ou bien laisse-vous tenter par notre sélection juste en dessous !

Chutney angevin à l'échalote - Monastère Notre-Dame de la Compassion de Martigné-Briand - Divine BoxChutney angevin à l'échalote - Monastère Notre-Dame de la Compassion de Martigné-Briand - Divine Box
Ce produit porte la marque MONASTIC (en savoir plus)
3 avis

Chutney angevin à l’échalote – Monastère de Martigné-Briand

4,85

Le chutney angevin à l’échalote est une spécialité locale concoctée à l’ancienne par les soeurs du monastère de Martigné-Briand, en Anjou. Les bénédictines de Sainte-Bathilde utilisent leurs vieux chaudrons en cuivre pour produire ce chutney en petite quantité, et à la main. D’ailleurs, une bonne partie des ingrédients vient même du jardin du monastère, cultivé par les soeurs ! Au monastère Notre-Dame de la Compassion de Martigné-Briand, on aime le naturel, donc pas de colorant ou de conservateur ici, évidemment. Avec ses notes d’échalote bien marquées, ce chutney angevin à l’échalote ira parfaitement avec vos plats de viande de porc, avec du riz, ou encore avec des fromages âgés. Ou bien même en apéro sur un toast bien grillé ! Hop, vous voilà en Anjou 😇

4,85

En stock

confiture de poivrons - monastère de martigné-briandconfiture de poivrons - monastère de martigné-briand - mise en scène Produit épuisé
Ce produit porte la marque MONASTIC (en savoir plus)
2 avis

Confiture de poivrons – Monastère de Martigné Briand

4,85

La confiture de poivrons nous vient tout droit des cuisines du monastère de Notre-Dame de la Compassion de Martigné-Briand ! Les poivrons, eux, sont issus directement du potagers des soeurs de Martigné-Briand ! Ces poivrons sont cuits petite quantité par petite quantité, ce qui permet de conserver la fraîcheur de leur goût. Très originale, la confiture de poivrons accompagne très bien vos plateaux de fromages ou vos toasts en tout genre pendant l’apéro (regardez notre recette de petits toasts au chèvre, noix et confiture de poivrons !) 😇

4,85

À sec (rupture de stock)

Confiture mi-figue mi-raisin - Monastère de Martigné-Briand - Divine BoxConfiture mi-figue mi-raisin - Monastère de Martigné-Briand Produit épuisé
Ce produit porte la marque MONASTIC (en savoir plus)

Confiture mi-figue mi-raisin – Monastère de Martigné-Briand

3,357,70

La confiture mi-figue mi-raisin est une petite merveille du monastère Notre-Dame de la Compassion de Martigné-Briand ! Ses figues viennent tout droit du verger des soeurs bénédictines. Elle sont donc bien fraîches et directement récoltées à la main par les soeurs !
Elles sélectionnent avec soin les plus belles figues et les pmius beaux raisins, et les cuisent délicatement. Cette étape est primordiale pour préserver le goût légèrement sucré et les qualités du fruit. Le secret des soeurs du monastère de Martigné-Briand ? Une cuisson lente et par petite quantités dans de grande bassines en cuivre. Cette confiture mi-figue mi-raisin se savoure très bien pour accompagner vos desserts ou charcuteries, ou tout simplement sur un toast ! Elle a bonne figue-ure non ? 😇
Et venez vite voir notre recette de biscuits au coeur de confiture !

3,357,70

À sec (rupture de stock)

Et hop, un petit aperçu du monastère de Martigné-Briand en video :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires