Abbaye de Campénéac - Divine Box

Située en Bretagne, l’abbaye la Joie Notre-Dame de Campénéac est une abbaye française, fondée en 1953. Aujourd’hui, elle compte 24 soeurs trappistines qui continuent de vivre selon la règle de saint Benoît : « prière et travail ».

Côté travail manuel, celui des soeurs est essentiellement centré autour de la fabrication de biscuits et de chocolats. Miam miam !

Allez, on vous dit tout sur l’abbaye de Campénéac en 3mn top chrono !

J’achète les produits de l’abbaye de Campénéac

Une terre de légendes 📖

La forêt de Brocéliande, refuge des légendes arthuriennes, est en fait une terre d’accueil pour de nombreux religieux et ermites, et ce, dès le Ve siècle ! Par la suite, différentes abbayes se fondent aux alentours, comme par exemple la fameuse abbaye de Paimpont, au VIIe siècle. Très tôt, donc, la région est une terre habituée à la présence religieuse… Et l’abbaye de Campénéac va pouvoir en profiter. On vous raconte !

facade de l'abbaye- abbaye de Campénéac- Divine Box

La façade de l’abbaye de Campénéac © Abbaye de Campénéac

Un rayonnement de folie ☀️

Allez hop, petit saut historique, nous voici en 1920 ! L’abbaye trappistine de la Coudre, située à Laval, rayonne tellement qu’elle envoie un groupe de sœurs à Sainte-Anne d’Auray, dans le Morbihan, pour fonder l’abbaye Notre-Dame de Bonne Garde.

Comme à La Coudre, la communauté cartonne si bien que les sœurs sont vite à l’étroit dans le nouveau monastère : il faut déménager ! Finalement, ce n’est pas si mal, car les locaux étaient mal adaptés à la vie monastique de toute façon. Et hop, d’une pierre deux coups !

 

une soeur de Campénéac-Abbaye de Campénéac-Divine Box

Une cistercienne de Campénéac dans les couloirs de l’abbaye ©Abbaye de Campénéac

A Campénéac, une vie de château 🏰

Vouloir déménager de Notre-Dame de Bonne Garde c’est bien, avoir un lieu, c’est mieux. Mais où peuvent-elles aller ? Solidarité trappiste oblige, les frères de l’abbaye de Timadeuc volent à la rescousse des soeurs.

Ils achètent pour elles en 1947 le château et la ferme de la Ville Aubert, situés à Campénéac. Les frères mettent ensuite la main à la pâte et, après quelques travaux et aménagements pour rendre possible la vie de la communauté, les sœurs y emménagent enfin en 1953.

On y est : l’abbaye de « La Joie Notre-Dame » de Campénéac est née !

Les bons gâteaux de Campénéac 🥧

Fidèles à l’idéal trappiste, les sœurs de l’abbaye de Campénéac veulent vivre du travail de leurs mains. En 1980, elles lancent donc une petite biscuiterie avec le vieux four à pain du lieu. Mais voilà que le succès de leurs gâteaux est immédiat ! Dès 1989, un nouveau bâtiment sort alors de terre pour faciliter leur travail manuel.

C’est ici désormais que les sœurs auront leur boutique, ainsi que leur bel atelier de gâteaux et de chocolat. Ce chocolat sera d’ailleurs reconnu plus tard par la Confédération des chocolatiers et confiseurs de France… Miam, miam !

 

les biscuits de CAmpénéac- Abbaye de Campénéac Divine Box

Les bons gâteaux de Campénéac qui nous font craquer ! ©Abbaye de Campénéac

Pas de gâchis ! ♻️

A l’abbaye de Campénéac, les soeurs n’aiment pas le gâchis ! Par exemple, si certains biscuits sont trop cuits ou un peu déformés, ils finissent « déclassés » à la boutique, ou sur la table du réfectoire. Du bon sens tout simplement ! A noter aussi : pour éviter les erreurs de cuisson qui rendraient les biscuits immangeables, leur four sonne très (très) fort quand tout est prêt. On dirait un klaxon de camion : effet garanti… !

Mais dans tout ça, le mieux reste le chocolat : au moindre loupé, les sœurs le refondent et le réutilisent ! Rien ne se perd, tout se transforme à l’abbaye de Campénéac !

 

atelier des soeurs Playmobil-Abbaye de Campénéac en- Divine Box

Dans l’atelier des soeurs (en Playmobil) de l’abbaye de Campénéac © Abbaye de Campénéac

 

D’où vient ce nom, « Campénéac » ? ⛪

Bonne question ! En fait, le nom complet est l’abbaye « La Joie Notre-Dame » (de Campénéac), et cela vient du latin « gaudium dominae nostrae ». Il reprend directement le nom de l’ancienne abbaye cistercienne Notre-Dame de Joye, fondée en 1295 à Hennebont (un patelin de la région, tout proche d’ailleurs de Sainte-Anne d’Auray, où s’est installée la communauté en 1920).

Un bien bel hommage, donc, à cette abbaye dispersée à la Révolution, et qui permet ainsi de poursuivre la longue tradition monastique bretonne !

procession des soeurs de Campénéac- abbaye de Campénéac- Divine Box 2

Procession de la communauté dans l’abbaye de Campénéac © Abbaye de Campénéac

Attachez vos ceintures ! ✈️

Quelques années plus tard, la communauté de l’abbaye de Campénéac grandit en nombre de soeurs et en autonomie financière. En 1993, les voilà donc à réfléchir à une fondation à Madagascar ! Après de longs mois de recherche, elles trouvent le lieu adéquat : ce sera à une vingtaine de kilomètres du monastère de Maromby, où vivent des moines trappistes issus de l’abbaye du Mont des Cats, près de Lille !

C’est donc en 1996 que la petite communauté s’établit alors à Ampibanjinana avec quelques jeunes sœurs malgaches. Aujourd’hui, la communauté de « Masina Maria Ampibanjinana » compte une douzaine de sœurs malgaches et françaises, et fait son petit bout de chemin. Des fondations qui vivent au 4 coins du monde la devise Ora et Labora !

 

Les soeur de Campénéac à l'office- abbaye de Campénéac- Divine Box

Les soeurs de Campénéac à l’office (photo de l’exposition crée par les soeurs pour les enfants) ©Abbaye de Campénéac

Et aujourd’hui que devient l’abbaye de Campénéac ? 🙏

Aujourd’hui, l’abbaye La Joie Notre-Dame de Campénéac compte 24 sœurs trappistines qui vivent la règle de saint Benoît : « prie et travaille ». Outre les sept offices quotidiens (le premier à 4h15 du matin !), les sœurs travaillent donc de leurs mains, principalement à la biscuiterie-chocolaterie.

Si cinq sœurs travaillent deux jours par semaine pour fabriquer de nombreux gâteaux, c’est toute la communauté qui, d’une manière ou d’une autre, est impliquée. Certaines trieront ainsi les biscuits cassés, certaines mettront en sachet, d’autres encore seront au magasin pour les vendre. Les soeurs de l’abbaye de Campénéac ne chôment pas, et même les soeurs « anciennes » sont impliquées !

Elles assurent aussi les « emplois » nécessaires à la bonne marche de la maison : cuisine, couture, ménage, bibliothèque, infirmerie etc… D’ailleurs, on nous chuchote à l’oreillette que l’accueil à l’hôtellerie est très agréable, et que certains étudiants aiment y réviser leurs examens !

Découvrez les produits de l’abbaye de Campénéac 👇

Cliquez ici pour découvrir les produits de l’abbaye de Campénéac , ou bien laissez-vous tenter par notre petite sélection juste en dessous !

Galettes sablées - Abbaye la Joie Notre-Dame de Campénéac - Divine BoxGalettes sablées - Abbaye la Joie Notre-Dame de Campénéac - Divine Box
Label MONASTIC © - Divine Box
Ce produit porte la marque MONASTIC (en savoir plus)
250g
18 avis

Galettes sablées – Abbaye la Joie Notre-Dame de Campénéac

6,35

Les galettes sablées sont fabriquées par les soeurs de l’abbaye la Joie Notre-Dame de Campénéac en Bretagne ! Ici, les soeurs les fabriquent de A à Z, en choisissant avec soin chacun de leurs ingrédients. Et elles ne prennent que du frais, sans conservateur ! Puis les soeurs de l’abbaye de Campénéac les pétrissent, les cuisent au four et les conditionnent elles-mêmes à la main ! Le bon goût du beurre de ces galettes sablées s’apprécie encore mieux lorsqu’il accompagne un petit café, ou même une délicieuse compote en dessert ! On en salive d’avance 😇

6,35

Encore 1 en stock

Vite, plus que 1 en stock !

Pain-dépices-Abbaye-Sainte-Madeleine-du-Barroux-Divine-BoxOut of stock
Label MONASTIC © - Divine Box
Ce produit porte la marque MONASTIC (en savoir plus)
300g
8 avis

Pain d’épices – Abbaye la Joie Notre-Dame de Campénéac

7,35

Le pain d’épices des soeurs trappistines de l’abbaye La Joie Notre-Dame de Campénéac est un des produits phares de leur biscuiterie ! Équipées d’atelier depuis 1989, les soeurs produisent des biscuits et gâteaux à partir de recettes très anciennes, qui se transmettent à l’abbaye depuis des générations. Entièrement réalisé sur place par les moniales, ce pain d’épices artisanal est fait comme autrefois, avec notamment plus de 30% de miel ! L’utilisation du miel confère d’ailleurs au pain d’épices une texture moelleuse, et vient adoucir les épices. Cela créé un parfait équilibre ! Dégusté tel quel, ou légèrement toasté, il est parfait pour le goûter avec une confiture de mûre ou d’abricot, au diner avec un foie gras mi-cuit, ou encore pour accompagner un thé. Le pain d’épices des soeurs de l’abbaye de Campénéac est à essayer, un pain c’est tout 😇

7,35

À sec (rupture de stock)

M'avertir du retour en stock du produit ↓

À sec (rupture de stock)

Petites galettes de blé noir aux pépites de caramel – Abbaye la Joie Notre-Dame de Campénéac - Divine BoxPetites galettes de blé noir aux pépites de caramel - Abbaye la Joie Notre-Dame de Campénéac - Divine Box
Label MONASTIC © - Divine Box
Ce produit porte la marque MONASTIC (en savoir plus)
250g
16 avis

Petites galettes de blé noir aux pépites de caramel – Abbaye la Joie Notre-Dame de Campénéac

7,40

Les petites galettes de blé noir aux pépites de caramel sont fabriquées par les moniales cisterciennes de l’Abbaye La Joie Notre-Dame de Campénéac. Situées plein cœur de la Bretagne, les moniales de l’Abbaye de Campénéac produisent ces galettes de blé noir aux pépites de caramel depuis plus de vingt-cinq ans ! Chez Divine Box, on aime beaucoup déguster les petites galettes de blé noir aux pépites de caramel pour accompagner une compote ou un gâteau sucré… Oui on aime les bonnes choses chez Divine Box ! 😇

7,40

Encore 22 en stock

En stock

5/5 - (1059 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires