monastère du bois salair divine box

À l’origine, les soeurs du monastère de Bois-Salair en Mayenne viennent des Vosges d’un ancien couvent à Godoncourt. Mais ce dernier tombait en ruines… C’est en 2014 que les religieuses serbes orthodoxes déménagent donc vers Bois-Salair, un château de style écossais situé en Mayenne !

En terme d’artisanat, au monastère de Bois-Salair les soeurs fabriquent des tas de cosmétiques, ainsi que des bougies et cierges en pure cire d’abeille !

Dans cet article, on vous raconte tout sur leurs produits et leur histoire. C’est parti !

J’achète les produits du monastère de Bois-Salair

Un monastère à l’abandon 🏚

Toute l’histoire commence donc en 2002, quand une communauté orthodoxe s’installe dans le monastère de Godoncourt, dans les Vosges. Cet ancien couvent, fondé en 1843 par deux soeurs (de sang), s’occupe alors de l’éducation des jeunes filles pauvres.

Mais cette congrégation disparaît malheureusement, laissant le monastère à l’abandon. Mais, en 2002, youpi tralala, l’Église orthodoxe de Serbie rachète les bâtiments et y envoie une petite communauté s’y installer. Les soeurs ont alors du pain sur la planche, car il faut tout rénover !

D’Est en Ouest 👜

Rapidement, les soeurs réalisent qu’elles manquent de moyens humains et financiers pour tout retaper, notamment la toiture qui n’a pas fière allure. De plus, certaines soeurs âgées supportent mal les hivers vosgiens sans chauffage…

En parallèle de tout ça, le petit château de Bois-Salair, en Mayenne, est offert à la communauté. Les propriétaires orthodoxes cherchaient en effet à léguer leur château à… une communauté orthodoxe ! Drôle de coïncidence…

Ni une ni deux, les voilà donc qui débarquent à Bois-Salair en 2014 ! À leur arrivée, ils ont fait de ce château un lieu cultuel et culturel en accueillant avec largesse, notamment pour des camps d’été et du « woofing » (on en parle un peu plus tard !)

En 2014, les soeurs s’installent au château chargé d’histoires de Bois-Salair en Mayenne

Le monastère de Bois-Salair : un paisible château 🏰

Leur installation à Bois-Salair s’est ensuite faite comme sur des roulettes. Les soeurs sont très bien accueillies, et les habitants du village leur donnent même un coup de main !

Sur place, un château chargé d’histoires… De style écossais, il fut construit à la toute fin du XIXe siècle par le chercheur Charles Weyher. A l’époque, ce scientifique français réputé fait notamment, sur place, de nombreuses expériences pour comprendre les trombes marines (sortes de tourbillons marins).

Mais revenons à nos moutons : les soeurs s’installent donc paisiblement au monastère de Bois-Salair

Une soeur du monastère de bois-salair prépare des savons

Une soeur du Monastère de Bois-Salair prépare des savons – Monastère de Bois-Salair

Allez, au boulot ! 🔨

Après avoir installé une chapelle orthodoxe (avec beaucoup d’icônes vénérées au début et à la fin de chaque office ), les soeurs se mettent rapidement à l’agriculture, profitant des serres et des outils agricoles présents sur place. En effet, les propriétaires étaient les premiers maraîchers bio de la région. Drôle de coïncidence, encore une fois, tiens !

Pourtant, il a fallu s’adapter, car dans les Vosges, les soeurs faisaient de la reliure, de l’enluminure et des icônes. Mais ni une ni deux, c’est chose faite. Dès leur arrivée, elles ont par exemple ont aménagé un “jardin des simples” pour cultiver des plantes pour leurs cosmétiques ou leur santé. Chaque herbe va agir « simplement » et efficacement, sans besoin de la combiner avec autre chose.

Au niveau de leur serre, les soeurs sont d’ailleurs aussi autosuffisantes en légumes ! Pour les fruits, il faudra attendre encore un peu, car leur verger est assez jeune.

Signe de leur ancrage local, elles vont même proposer du « woofing » au grand public : des petits séjours au monastère de Bois-Salair pour découvrir la culture des plantes, aider les soeurs dans leur travail et expérimenter leur vie monastique. Alors… avis aux amateurs !

“Ora et Labora”, mais à l’orthodoxe au monastère de Bois-Salair 🙏

Aujourd’hui, il y a 7 soeurs orthodoxes au monastère de Bois-Salair. Elles partagent leurs journées en suivant les principes de saint Basile :

  • du travail manuel bien sûr. Des bougies et des cierges en pure cire d’abeille d’abord, mais aussi des savons naturels et d’autres produits cosmétiques !
  • mais aussi de la prière. En pratique, elles ont 7 offices, mais qui sont regroupés en 3 fois (dont le premier à 6h du matin). Et entre temps, beaucoup de prière personnelle, notamment tournée vers la connaissance de Dieu

Et puisqu’on est dans le quotidien des soeurs, un petit rappel : comme dans toute communauté orthodoxe, point de viande à table ! Les soeurs compensent donc avec du poisson, des légumes (du potager) et des bons oeufs frais de leur poulailler !

Le monastère du Bois-Salair, entouré de plantes aromatiques, se trouve en Mayenne – Monastère de Bois-Salair

Le monastère de Bois-Salair : une salle de muscu ? 💪

Soeur C. appelle l’atelier de confection des bougies et de cierges la « salle de muscu » ! En effet, c’est un travail harassant, où les soeurs doivent manipuler quelques grosses machines pour donner vie à leurs produits. Mais rien ne les arrête car elles peuvent faire une tonne de bougies en une semaine !

Faire fondre la cire d’abeille (d’apiculteurs français), fabriquer des mèches à partir de coton, ou encore assembler et mouler le tout : croyez-les, c’est sportif ! Mais ça en vaut la chandelle (on assume ce jeu de mot) : dans leurs bougies il n’y a que cire d’abeille et coton. Au top !

Des savons slavons 🛀

Il y a dix ans, les soeurs font la rencontre d’une savonnière qui a de la bouteille, et qui leur apprend la « saponification à froid ». Pour faire (très) simple, les soeurs ne « chauffent » pas les huiles qui entrent dans la composition du savon, ce qui permet de garder leurs propriétés.

C’est beaucoup plus long, manuel et artisanal, mais au moins, on obtient des savons vraiment doux et nourrissants. Croyez-les sur parole : les soeurs sont les premières à tester leurs créations ! Et quand on a découvert leur savon au lait d’ânesse, on a craqué…

Aujourd’hui la boutique est ouverte seulement 2 fois par semaine et les clients sont très fidèles, et pour cause !

Une des pépites du monastère de Bois-Salair : leur savon au lait d'ânesse

Une des pépites du monastère de Bois-Salair : leur savon au lait d’ânesse – Divine Box

Des orthodoxes serbes, qu’est-ce que c’est ? ⛪

Sans rentrer dans les détails de l’organisation l’Église orthodoxe, retenez simplement que celle-ci se compose de seize patriarcats indépendants, correspondant généralement à une zone géographique et/ou un peuple. Chacun possède ainsi son rite et sa langue liturgique propres.

À l’inverse de l’Église catholique, il n’y a donc pas de chef suprême dans l’Église orthodoxe. Au monastère de Bois-Salair, en l’occurrence, les soeurs chantent les offices selon le rite byzantin, et en français, slavon ou serbe. Et voilà, vous êtes incollable maintenant !

Découvrez les produits du monastère du Bois-Salair

Les soeurs du monastère de Bois-Salair fabriquent artisanalement toute une ribambelle de produits cosmétiques et aromatiques.

Cliquez ici pour découvrir sur notre boutique les produits du monastère de Bois-Salair, ou bien laissez-vous tenter par notre sélection juste en dessous :

Savon au Lait d’Ânesse – Monastère de Bois-Salair - Divine BoxSavon au Lait d'Ânesse - Monastère de Bois-Salair mis en situation - Divine Box
100g
6 avis

Savon au Lait d’Ânesse – Monastère de Bois-Salair

9,10

Ce savon au lait d’ânesse nous vient tout du monastère de Bois-Salair en Mayenne ! Pour le réaliser, les soeurs utilisent la technique de la « saponification à froid ». Pour faire (très) simple, les soeurs ne « chauffent » pas les huiles qui entrent dans la composition du savon au lait d’ânesse, ce qui permet de garder leurs propriétés. C’est beaucoup plus long, manuel et artisanal, mais au moins, on obtient des savons vraiment doux et nourrissants. Pour couronner le tout, la présence de lait d’ânesse permet d’apporter de la douceur, des vitamines et des sels minéraux, ce qui régénère la peau. Croyez-les sur parole : les soeurs du monastère de Bois-Salair sont les premières à tester leurs créations ! 😇

9,10

Encore 29 en stock

En stock

4.8/5 - (25 votes)

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires